Randonnées

Découvrez cinq randonnées thématiques à travers les anciens champs de bataille canadiens. En cours de route, vous apercevrez quelques-uns des nombreux garçons canadiens ayant, à l’époque, perdu la vie le long de chaque rue, à chaque coin de rue.
PASSENDALE Jan D Hondt Atelje D RL5 A5261
ZONNEBEKE Jan D Hondt Atelje D RL5 A5398© Westtoer

Saint-Julien 1915 - 5,2 km

Au début du mois d'avril 1915, les Canadiens étaient déployés à Ypres pour la première fois. Des soldats de trois continents y défendaient la ville. C'était exactement à ce carrefour de la confusion des langues et des différences culturelles que les Allemands lancèrent une offensive meurtrière. Pendant les premiers jours de la deuxième Bataille d'Ypres, Saint-Julien se retrouve au cœur de la tempête. Le petit village devient le théâtre de terribles combats en 1915.

Saint-Julien 1915 - 5,2 km
Hill 62© Westtoer

Zillebeke 1916 - 7.5 km

Plus d’un quart des Canadiens figurant sur la Porte de Menin ont été portés disparus aux environs de Zillebeke. Fin mai 1916, l’armée canadienne occupait les hauteurs à l’est de ce village. Leur ligne de front s’étendait à partir du hameau Hooge à travers la Hill 62 et le Mount Sorrel jusqu’au pied de la Hill 60. Les positions entre le Mount Sorrel et la Hill 62 étaient les seules à Ypres où les Alliés occupaient des terrains plus élevés que ceux des Allemands. C’est là précisément que ces derniers avaient envisagé une attaque de grande envergure.

Zillebeke 1916 - 7.5 km
PASSENDALE Jan D Hondt Atelje D RL5 A7718

La Route Canadienne vers Passchendaele - 6.3 km

La troisième Bataille d'Ypres commença le 31 juillet 1917. Après des semaines de lutte, les Néo-Zélandais, les Australiens et les Sud-Africains rejoignirent les divisions britanniques épuisées. Malgré quelques succès, l'attaque s’enlisa à nouveau. Peu importe le nombre de vies qu'on aurait pu sauver, il n’était pas question d’arrêter l’offensive. Une victoire, même symbolique, fut indispensable. Le regard du maréchal Haig se posa sur Passchendaele. Le village déchiqueté, au sommet de la crête de la Flandre occidentale, était toujours aux mains des Allemands depuis 1914 et avait entretemps atteint un statut légendaire. Pour remporter cette victoire, Haig s’adressa aux Canadiens.

La Route Canadienne vers Passchendaele - 6.3 km
PASSENDALE Jan D Hondt Atelje D RL5 A8785© Westtoer

La route néo-zélandaise vers Passchendaele - 8.3 km

La route vous emmène tout au long de pittoresques routes champêtres à travers le vaste paysage situé entre Passchendaele et Poelkapelle. C'est là que les Canadiens et les Néo-Zélandais ont respectivement combattu avec acharnement en 1915 et 1917.

La route néo-zélandaise vers Passchendaele - 8.3 km
PASSENDALE Jan D Hondt Atelje D RL5 A5266© Westtoer

Goudberg-Mosselmarkt - 6 km

Le 10 novembre 1917, les Canadiens effectuèrent leur dernière attaque de grande envergure de l'offensive. L'objectif en fut d’occuper le nord de la crête.
Les Allemands semblaient avoir perdu leur tonus. Les mains se levèrent massivement en l'air. Cependant, l'artillerie allemande, elle, ne renonça pas. Les tirs de barrage se succédèrent sans arrêt. Les bombardements se poursuivirent sur la crête.

4 000 Canadiens perdirent la vie à Passchendaele. Plus de 12 000 furent blessés et d’innombrables d’entre eux furent marqués à vie.

Passchendaele - Goudberg-Mosselmarkt - 6 km